La petite Héloïse

31 décembre 2010

Anna Karénine

9782253098386FS 

Certains ont des a priori sur les classiques : trop sophistiqués, trop longs, trop complexes. C'est bien dommage, car nous avons tendance à oublier que les grands classiques sont écrits dans un style brillant, et qui consiste bien souvent à élaborer des pensées recherchées avec des phrases plus simples qu'on pourrait le croire.

J'ai choisi Anna Karénine, la littérature russe du XIXème siècle étant assez peu lue et étudiée en France. Celui-ci est un pur chef-d'oeuvre.

On y suit les tribulations de nombreux personnages : Oblonski, le frère d'Anna, qui dilapide allègrement la fortune de sa femme en spectacles, jeux, restaurants... sa femme, Dolly qui élève ses 5 enfants péniblement et souffre des liaisons adultères de son mari. La famille de Dolly, les Stcherbatzkï. Lévine, ami de longue date d'Oblonski et des Stcherbaskï, personnage profondément juste et sentimentale et Anna Karénine, jeune femme vivant une passion adultère avec le jeune Vronski. Tous ces personnages se croisent, s'aiment, se trompent, se perdent et se retrouvent. Deux figures, cependant, se démarquent, c'est bien sûr Anna; et Lévine, double de Tolstoï. Anna Karénine, ce n'est donc pas seulement Anna Karénine, et l'histoire d'une liaison adultère; c'est aussi une foule de portraits analysé avec une grande finesse psychologique. Tolstoï dresse un tableau sévère de la société aristocrate de son époque, avec ses conventions, son hypocrisie et ses acteurs, du débauché au garant de l'ordre chrétien sec et hautain. On trouve aussi une description minutieuse de la paysannerie russe, et tous les doutes existentiels auxquels sont soumis les hommes, apparaissent à travers le personnage de Lévine.

Il est particulièrement frappant de voir avec quelle subtilité Tolstoï décrit la sensibilité d'Anna, sa dégringolade dans la culpabilité et la peur constante que l'amour de Vronski ne s'éteignent. Anna et Lévine, ne se croisant quasiment pas dans le livre, sont pourtant deux êtres hanté par le mal de vivre et par une sensibilité exacerbée.                          

Posté par la mirabelle à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]